SIPetange.lu
INFO :::.: Extrait du livre "PETINGEN Historischer Bildband"


Deutscher Text
(texte original)

1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14,15, 16, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23

Pétange
Une introduction dans son histoire.

Dans la publication, que l'inoubliable Hary GODEFROID, litérat et enseignant honorifique de la Commune de Pétange, avait arrangé en l'an 1938 pour l'inauguration de la mairie (15.mai), il a constaté, qu'en réalité il était inutile d'écrire une histoire de Pétange. L'histoire de l' "Altesse Kerschen" à laquelle fesait partie, en plus des villages libres de Niederkerschen, Oberkerschen et Linger aussi Pétange, serait décrit assez détaillé par J.B. WEYRICH, prêtre à Kahler. Toutefois elle serait uniquement disponible comme manuscrit. Cette Monographie monumentale est publié entretemps, à savoir en la même année 1938, dans le volume LXVII des publicatios de la section historique de l'Institut Grand-Ducal. Elle remplit pas moins que 381 pages de cette traditionelle série et est devenu une vraie Enzyklopedie de l'histoire des quatre villages libres, pourtant une partie du travail, et plus spéciallement celle dans laquelle le Cadaste "Tehresien" est évalué pour ces villages, n'est jusqu'à aujourd'hui que disponible comme manuscript.

Une Commune "Pétange" en sa forme actuelle avec les sections Pétange, Rodange et Lamadelaine (Rollingen) existe depuis l'année 1796, date à laquelle le territoire de Kerschen, à l’exception de Pétange est annexé à la municipalité de Niederkerschen, laquelle appartenait d’abord au canton Hesperange, puis est devenue pour une courte durée village cantonal principal Niederkerschen. Et à ce canton appartenait avec 13 autres Communes aussi la municipalité Pétange récemment créée, qui forme déjà par le fait que Rodange et Lamadelaine jusqu’à l’an 1769 ont fait partie de la Lorraine et du Bar, et ont été attribué au Grand Duché de Luxembourg en ce temps durant des différences de frontière, une curiosité historique. En ce temps, ou le Grand Duché de Luxembourg avait perdu son nom et formait un département du Walder, par principe on ne se tenait pas aux entitées villageois grandies historiquement.

Ainsi il ne faut pas s'étonner, que dans les années 1905 à 1908 un mouvement se soit créé à Rodange, avec l’objet de séparer le village de Rodange de la Commune de Pétange, et de fonder une Commune autonome Rodange.

On doit, si on veut introduire dans l’histoire de Pétange, distinguer clairement entre le village Pétange, qui jusqu’en 1796 appartenait au territoire de Kerschen, et le village principal Pétange, qui est créé lors d’un pure partage administratif de notre région. Et si on regarde l'amélioration de la localité qui a commencé, lors de la découverte du minerai de fer, quand Rodange à u ses Hauts fourneaux, et Pétange est devenu le deuxième nœud ferroviaire du Pays, on ne peut que s’étonner que Pétange n’a pas pu obtenir le titre de Ville, qui à été attribué à un grand nombre de localités.

Gare vu Peiteng mat Lock
Gare vu Peiteng

Q'à Pétange on aime se rappeler le passé de la localité, est prouvé par les multiples publications commémoratives, qui rappellent des nombreuses festivités locales. Presque toutes comprennent un récapitulatif sur l’histoire du village et de la commune, et rappellent à ceux, qui ont peuplé Pétange durant les siècles ou il n’existait ni chemin de fer, ni sidérurgie. En plus de la Publication de Hary GODEFROID en l’année 1938, dans laquelle l’auteur passe dans la représentation de la commune de Pétange jusqu’aux Hommes des Cavernes, les Troglodytes, et même jusqu’au déluge, il existe un grand nombre d’excellents représentations du passé de Pétange et de Rodange que nous devons au Directeur de Musée Josy MEYERS qui était d’origine de Rodange. Cette courte introduction dans le passé de Pétange ne veut être q’une sorte d’inventaire, pour inciter à des recherches plus approfondies. Et la place idéale pour de tel recherches existe à Pétange, depuis l’école moyenne y existe, qui devrait initier au passé ses étudiants à l’exemple de leur propre commune. Ces recherches commencés par des prêtres et des instituteurs, et qui ont montrés de remarquables résultats, devraient être continués par les Professeurs. Ici je voudrais aussi rappeler l’excellente publication commémorative, qui à été publié en 1960 à l’occasion du 150 anniversaire de la paroisse Hubertus de Pétange.

Malgré que le Pétange d'aujourd'hui (+10000 habitants) qui est presque soudé avec les localités avoisinantes, soit surtout un cadeau du chemin de fer et de la sidérurgie, on se sent rappelé àà la trace du passé. Au temps ou il existait que des forêts infranchissables, des marécages et mauresques impraticable, rappelle un rapport du prêtre Bontemps de Clemency, qui a écrit sur Pétange, qui appartenait à sa paroisse : « Pétange, un village qui m'est attaché, avec chemin grave, se trouve à une heure de mon Eglise, est composé de 36 Maisons dans lesquelles vivent 200 personnes. En hiver quand il pleut plusieurs jours, l'eau monte jusqu'au ventre du cheval. » Dans la vallée de la Korn on peut suivre les pas des Ligures, des Celtes, des Treveres, des Romains et des Francs. Comme centre d'interét romain s'avance le Titelberg, qui est raccordé par des grandes routes avec les autres grands centres de l'époque. En l'an 1917 on a trouvé à Pétange les restes d'une Villa Romaine et des tombes francs.


Le nom de la localité de Pétange (Petingen) fait sa première apparition dans l'histoire, vers le temps de la migration des peuples, c'est-à-dire le 5 Siècle, ensemble avec beaucoup d'autres villages auxquelles le nom se termine par " ingen " ou " heim ".La forme du nom "Petingen" qui est dérivé d'un nom de personne germanique , ainsi que les imposantes trouvailles francs aux environs du lieu dit "Römerhof" prouvent la présence de colons francs durant les premiers siècles du Moyen Âge. Dans la région frontalière naturelle de la Korn, sur la ligne de partage des eaux de la Mass et de la Moselle, s'est formé une importante frontière linguistique. Le Titelberg comme village d'altitude a perdu beaucoup de son importance, car les francs ont préféré la vallée pour s'implanter.

Principalement dans ce coin de notre pays on remarque que dans le passé les lignes politiques n'étaient pas des lignes, mais des déserts, forêts, montagnes, ou cours d'eau. Après l'extension des anciennes zones d'habitation, il résultait que des villages près des frontières étaient en possession de plusieurs grands propriétaires terrien. Aussi au coin des pays, aux frontières de la Chiers existaient de tels dits « Kondominate ». Linger, Kerschen, Petingen ainsi que Athus et Saulnes obéissent en même temps au Luxembourg et au département Bar, tandis que Rollingen et Rodingen n'obéissaient qu'au Bar. Une régulation des frontières, que le Luxembourg, la Lorraine et le Bar ont entrepris en 1601, a attribué les localisées Linger, Kerschen et Petingen au Luxembourg, pendant que Rollingen et Rodingen sont restés dans le département du Bar. Après qu'au 18 siècle, la Loraine et le Bar ont fait partie de la France, Rollingen et Rodingen ont été attribué au Grand-duché de Luxembourg.

D'une grande importance pour Pétange était le « Fräiheetsbreif » la lettre de liberté que Henri V le blond a accordé au territoire de Kerschen le 4 Avril 1281. En comptant les places de feu, nous apprenons le nombre des ménages, qui en l'année 1473 existaient à Pétange, en tout il en existaient 18. Mais de combien non ancêtres ont souffert de faim, de la peste et de la guerre, nous remarquons, en examinant le comptage des différents places de feu en 1495 et 1501, ou il n'en restait à Pétange que 9 places. Ce nombre a diminué à 5 places de feu en l'année 1525, et en l'année 1536 il n'en restait que 3. D'après le cadastre qui est établi dans les années 1766 à 1771, Pétange comptait en ce temps 122 propriétaires de terrain, dont uniquement 40 habitaient à Pétange. En l'année 1787, en les années finales de l'ancien régime, Pétange comptait 200 habitants.

En l'année 1808 alors, on trouve 225 Pétangeois. Pétange appartient désormais comme Commune au canton de Messancy, à partir de l'année 1802 le canton Niederkerschen n'existe plus, cette région à été partagé entre les cantons de Hesperange et de Messancy. 8 Pétangeois ont combattu dans les Armées de Napoléon. Il s'agissait de Pierre LIPPERT. Nicolas SCHOU, Thomas BRICHER, Jean-François LIPPERT, Hubert STEYER, Pierre AREND, Sébastian FRIOB, et Philippe RUDEN

La densité de population de l'année 1870 nous montre, qu'un important tournant s'est produit dans l'histoire de Pétange. En cette année Pétange comptait 348 habitants, en 1895 en comptait déjà 1299 Pétangeois. Et l'amélioration se poursuit. En 1897 on comptait 1425, en 1908 on comptait 1705, et en 1925 le nombre de 3822 Pétangeois était atteint. En l'année 1929 on comptait 4625 habitants et 1938 on pouvait déjà compter 5850 personnes. Le recencement de 1966 rapportait 6251 Pétangeois. Déjà en voyant ces chiffres, on remarque comment Pétange profitait de son réseau de circulation favorable pour attirer des nouvelles personnes.Continuellement de nouveaux cartiers ont du être construits pour les acceuiller. C'étaient surtout les cheminots, qui ont essayé de trouver un hébergement aux alentours de la centrale ferroviaire Prince Henri. J'ai failli devenir Pétangeois moi aussi en l'année 1930, quand mon pêre aurait du être transféré d'Echternach vers les ateliers des chemins de fer Prince Henri. A Pétange. A travers mes beaux.parents, le couple d'instituteurs Camille et Madelaine THILL-LECH, auxquelles je voudrais , après leur mort bien trop tôt, dédier,ces pages, j'ai quand même plus tard fait connaissance avec Pétange

Eng Postkart vu Péiteng
Route de Luxembourg

L'énorme amélioration de la commune de Pétange remontait à l'exploitation toujours plus intensive des minerais dans les mines de Rodange et Lamadelaine. Je voudrais tirer l'attention sur le livre avec le titre l " Un siècle de Hauts-Fourneaux à Rodange" parlant de l'usine métallurgique de Rodange, et que j'ai publié 1972. Dans ce rapport je dois aussi rappeler le prêtre Nikolaus Gloden (1836-1892) de Rodange, qui est rentré en l'histoire comme « père des orphelins » de Rodange (Hémecht, 1972, S.339-361). La mise en service des lignes de chemin de fer s'ensuit de l'ordre suivant : « Pétange-Esch (1873), Pétange-Steinfort (1873), Pétange-Athus (1874), Pétange-Rodange (1875), Pétange-Martinsberg (1886) et Luxembourg-Longwy (1900) «


En l'année 1908 la commune de Pétange a acheté l'ancien château Nothomb pour le transformer en maison communale. Il appartenait aux héritiers du Baron C.S. Alphonse NOTHOMB, qui était né 1817 dans cette maison. Il était Ministre de la justice en Belgique de 1855-à 1857 et ministre de l'état de 1884 à 1893. A partir de 1893 jusqu'à sa mort en 1898 il vivait à Pétange. L'ancien château à été démoli, et à sa place s'élève la nouvelle Mairie, qui à été inauguré le 15 mai 1938. En l'année 1906 l'éclairage au gaz a été introduit dans la commune, 1912 suivait le raccord à la conduite d'eau intercommunale et en 1931 s'ensuit le raccord à l'éclairage électrique

Que dans ce cadre l'histoire de Pétange ne peut pas être décrit dans tous ses détails, devrait être clair. Uniquement quelques accents ont pu être mis pour instiguer à d'autres recherches. Le programme de recherches que Gary GODEFRIED à décrit dans le postface de la partie historique de sa publication pour l'inauguration de la mairie de Pétange est, en grand partie, resté valable. Le texte original avec l'orthographie obstiné de Hary Godefroid peut être vu dans la partie allemande de cette introduction.

Vue le manque de représentations on peut voir, qu'à part que Pétange, dont l'histoire est disponible dans le manuscrit Weyrich, avec référence sur Lamadelaine, pour ainsi dire tout, et relatif à Rodange il reste encore beaucoup à examiner.

La tâche de venir à bout de ses examens, je laisse à des forces plus jeunes. Sont disponibles pour ces recherches des archives encore disponibles, publications dans des livres, journaux, magazines, calendriers, annales etc.

Peuvent être pris en compte avant tout les archives de l'état (Bâtiment Terres Rouges). Surtout le catalogue y accessible ,établi par Ruppert et comportant tous les documents officiels et cartulares, est à visionner. Ici on trouve p.ex. les documents officiels de Pétange, Rodange et Lamadelaine , pour autant qu'il sont encore disponible, ainsi que le cadastre de Maria Theresia, la cartulare de Münster, Reinach etc. En plus en trouve encore d'autres dossiers de valeur. A coté de ca il nous reste encore certains archives personnels ex. celui de Ansemburg, Schüttburg, Clervaux, Differdange etc. Une excellente base de travail pour Rodange est la collection de documents Eug. Medinger dans l'archive de la paroise de Rodange Une autre bonne base sont les publications de J.Heymes dans le quot;Volksblatt".

Peuvent être pris en compte aussi certains ouvres de la Bibliothèque Nationale à Luxembourg. Les ouvres d'histoire de cette bibliothèque sont composés dans un catalogue visible dans la salle de lecture. Les ouvres spécifiquement Luxembourgeois ne sont pourtant pas répertorié et doivent être demandés. De valeur sont Bertholet, Neyen. Wiltheim, Molanus, Brover et Masen, Dom. Calmet etc. S'y ajoutent les publications historiques de l' Institut Grand-ducal, le magazine « Ons Hemecht » etc. Une autre source d'information est la bibliothèque de la section historique de l'Institut.

S'y ajoute, spécialement pour Rodange et Lamadelaine(Rollingen) les Archives nationales de Paris; les Archives générales du Royaume à Bruxelles les Archives de l'Etat à Arlon; les Archive et publications des sociétés historiques de Longwy, Lille, Metz, Bar-le-Duc, du Monastère St. Vanne à Verdun etc. Aussi les archives de certaines villes allemandes sont précieux ex. Trèves, Coblence, Wien etc. Et certains archives personnels de villes lorraines, francais, allemands, de monastères et châteaux.

Celui qui maintenant veut entamer de tels recherches, ne doit pas craindre de faire des demandes (oral ou écrit).Tout employé ou éventuellement aussi employée qui dirigent ces archives et bibliothèques, sont d'une grande amabilité, et ce qui est encore plus important, sont une grande aide pour les personnes qui au début sont inexpérimenté.

En En dehors de papier pour écrire, plume, crayon et loupe, il n'a besoin de rien. C'est-à-dire, si. Il doit amener de bons yeux, de bons sentiments, de l'endurance et beaucoup de patience, et ne doit pas se laisser décourager par des recherches longues et vaines. Il ne doit pas uniquement connaître du français et de l'allemand moderne, mais se retrouver aussi dans d'anciennes formes de langue. Et, s'il veut regarder d'anciennes cartulaires ou ouvres, il doit aussi savoir lire le latin. Vous devez aimer aussi bien les manuscrits décolorés, estompés, modérément écrit, estropiés et plein de fautes que ceux calligraphiquement et orthographiquement excellentes.

Et Et celui qui ne perd pas les boules, quand l'archiviste lui présente un gros cartulaire avec des dossiers demi jaunis et corrodés, ou la bibliothécaire lui présente un ancien Molanus latin ou un Dom Calmet français de deux pieds de haut et un pied de large, - celui-la peut le risquer.

Une Une partie de la Monographie monumentale du prêtre Weyrich sur le territoire « Kerschen » est paru en 1938. Et aussi la deuxième partie de ce travail est disponible pour d'autre recherches dans l'archive de l'état. S'il a pu être conservé pour la génération future, c'est grâce à Jean PASTORET né à Hautcharage, qui me l'a confié pour le remettre à l'archive de l'état. Et les employés et employées, auxquelles Godefroid disait une grande amabilité, se font aussi aujourd'hui beaucoup de peine pour aider le chercheur dans son travail.

Paul SPANG Directeur des Archives de l'état Luxembourg
traduit en francais par Gilbert HENGEL - Syndicat d'Initiative de la Commune de Pétange

 

Copyright 2006-2013 - SI Petange
TEL: +352 621 326 298
Bureau: 2 Place du Marché Pétange
Adresse postale: B.P. 1, L-4701 Pétange
CCPLLULL IBAN LU60 1111 0259 0607 0000
BCEELULL IBAN LU71 0019 6600 0995 9000

.: Liens intéressants

 

www.petange.lu

www.geschichtsfrenn-peiteng.lu

www.eu2005.lu


www.ont.lu


  .:Bienvenue
  .: Le comité
  .:Informations
    sur Pétange
  .: Extraits
    d'histoire
  .: Downloads
  .: Archives
  .: Contact
  .: Liens
  .: info@sipetange.lu

 
Votre nom d'utilisateur
 
 
Votre mot de passe